dimanche 12 avril 2015

La vive flamme d'une chandelle...

Le soir du jeudi saint, après l'eucharistie. 
Pénombre, silence devant le Saint Sacrement. 
Adoration.
De chaque côté un chandelier supporte des bougies qui diffusent une douce lumière. Et la prière monte, paisible. Le temps semble suspendu. 
Soudain, je remarque qu'une bougie s'est éteinte. C'est bien anodin me direz vous une bougie qui s'éteint. Mon regard s'y porte plusieurs fois, avec insistance. 
Une bougie s'est éteinte. J'aurai pu me relever, aller prendre des allumettes et la rallumer. Mais non. 
Cette bougie éteinte, c'est un désir qui s'exprime. 
Que manque-t-il à ma prière pour qu'elle soit en vérité ajustée au Sauveur et à mes frères ? 
Une bougie s'est éteinte. 
C'est une bénédiction !
Puisqu'à un autre endroit, une autre s'est allumée, vive et persistante et qui chante entre deux crépitements : "Approfondi ta prière, creuse plus profondément ton désir, ne t'arrête pas. La source a laquelle tu puises est intarissable". 

3 commentaires:

Anonyme a dit…

beau!

Anonyme a dit…

vos méditations prsonnelles sont toujours très belles et portent à la prière. Merci

BL a dit…

Merci !