vendredi 18 août 2017

Envers et contre tout, planter un pommier

Barcelona ville ouverte, l’Européenne autant que la Catalane. Barcelona, magnifiée par les écrivains, les peintres, les musiciens. Barcelona, exaltée par Gaudí et sa Sagrada Familia, basilique qui célèbre la profusion de la nature, des couleurs, de la lumière, mais surtout confesse le Christ, spécialement en sa passion. Ce soir c’est aussi l’heure de la passion pour Barcelona. Pour tous ses enfants, qui sont de tous pays et de toutes langues. Pour tous ceux qui l’aiment. Nous sommes tous des Barcelonais. Car
ce soir, à Barcelona, l’horreur, la peur, le désespoir, la sourde colère ont pris la place de la vie et de son insouciance apparente.
À peine pleurons-nous des victimes, comme à Ouaga, que déjà une autre déchirure apparaît. Nous n’en finirons donc plus de panser nos plaies. Car nous sommes aussi des Ouagalais. Nous sommes, contrairement à ces criminels, des enfants du monde.
Et que nous reste – il ? Au creux de nos chagrins, alors que nos cœurs se serrent plus encore, ne pas laisser la haine gagner. Résister à ce que la folie meurtrière aveugle atteigne nos âmes. Ne pas autoriser le mal à entrer en nous, tel un venin sans antidote. Mais, jusque dans notre douleur, cultiver la bienveillance les uns envers les autres, soutenir la liberté, et nous ancrer, contre vents et marées de violence et de désolation, dans l’espérance pour ce monde qui est le nôtre et celui de notre Dieu.
Je repense à cette citation attribuée – sans doute à tort mais qu’importe – à Martin Luther, le père de la Réforme : « Si l’on m’apprenait que la fin du monde était pour demain, je voudrais quand même planter aujourd’hui mon pommier ».
Ne pas renoncer à planter quelques graines, à agir en faveur de ce qui fait vivre. Comme planter un pommier. Bâtir des projets, tisser et retisser des liens. Respecter. Aimer. Se battre pour les droits élémentaires de tous et de chacun.
Oui, planter un pommier demande plus de courage que tous ces actes immondes et criminels de ces hommes sans foi ni loi qui ne savent que tuer et détruire.
Nos pommiers finiront par l’emporter. Malgré toutes nos larmes et nos tremblements, tenons nos cœurs en éveil, qu’ils ne s’enfoncent pas dans les ténèbres.
Et laissons monter nos pauvres supplications vers le Dieu dont la seule force est d’aimer, pour les familles, les amis, les proches, qui ce soir, ont vu leur vie voler en éclats, leurs cœurs se briser. Sans raison aucune.

« Il m’apparaît de plus en plus clairement, à chaque pulsation de mon cœur, que Dieu ne peut pas nous aider. Mais que c’est à nous de l’aider et de défendre jusqu’au bout la demeure qui l’abrite en nous. »
Etty Hillesum, morte à Auschwitz à 29 ans en 1943.

Sr Véronique Margron op
Prieure provinciale de France, 17 août 2017

dimanche 30 juillet 2017

Entier !


Ne fréquente pas ceux qui sont à moitié amoureux,
Ne sois pas l’ami de ceux qui sont à moitié des amis…
Ne lis pas ceux qui sont à moitié inspirés.
Ne vis pas la vie à moitié
Ne meurs pas à moitié
Ne choisis pas une moitié de solution
Ne t’arrête pas au milieu de la vérité
Ne rêve pas à moitié
Ne t’attache pas à la moitié d’un espoir
Si tu te tais, garde le silence jusqu’à la fin, et si tu t’exprimes, exprime-toi jusqu’au bout aussi.
Ne choisis pas le silence pour parler, ni la parole pour être silencieux…
Si tu es satisfait, exprime pleinement ta satisfaction et ne feins pas d’être à moitié satisfait …
et si tu refuses, exprime pleinement ton refus, car refuser à moitié c’est accepter…
Vivre à moitié, c’est vivre une vie que tu n’as pas vécue…
Parler à moitié, c’est ne pas dire tout ce que tu voudrais exprimer
sourire à moitié, c’est ajourner ton sourire,
aimer à moitié, c’est ne pas atteindre ton amour
être ami à moitié c’est ne pas connaître l’amitié
Vivre à moitié, c’est ce qui te rend étranger à ceux qui te sont les plus proches, et les rend étrangers à toi….
La moitié des choses, c’est aboutir et ne pas aboutir, travailler et ne pas travailler, c’est être présent et… absent
Quand tu fais les choses à moitié, c’est toi, quand tu n’es pas toi-même, car tu n’as pas su qui tu étais
C’est ne pas savoir qui tu es…
Celui que tu aimes n’est pas ton autre moitié…c’est toi même, à un autre endroit, au même moment.

Boire à moitié n’apaisera pas ta soif, manger à moitié ne rassasiera pas ta faim…
Un chemin parcouru à moitié ne te mènera nulle part

et une idée exprimée à moitié ne donnera aucun résultat…
Vivre à moitié, c’est être dans l’incapacité et tu n’es point incapable…

Car tu n’es pas la moitié d’un être humain
Tu es un être humain…

Tu as été créé pour vivre pleinement la vie, pas pour la vivre à moitié. 
Khalil Gibran

vendredi 21 juillet 2017

RIP Claude Rich

Décès de Claude Rich, élégant homme du cinéma français. 
Chacun se souvient de sa filmographie riche et diverse. Sa prestation dans le Souper où il tient le rôle de Talleyrand fut une performance inoubliable.
Et en clin d'oeil, faisons mémoire du jeune Antoine Delafoy, dans les Tontons Flingueurs...


jeudi 20 juillet 2017

RIP Max Gallo...


«J'écris pour qu'on ne puisse pas ensevelir les morts sous le silence et les assassiner ainsi une nouvelle fois. J'écris pour qu'ils revivent un jour» 
in Le Pacte des assassins

mardi 18 juillet 2017

samedi 15 juillet 2017

Chut...

Il n’en est pas moins vrai que le silence est surtout l’attitude positive de celui qui se prépare à l’accueil de Dieu par l’écoute. Oui, Dieu agit dans le silence. D’où cette observation si importante du grand Saint Jean de la Croix : « Le Père n’a dit qu’une parole, à savoir son Fils et dans un silence éternel Il la dit toujours : l’âme aussi doit L’entendre en silence ». Le livre de la Sagesse (Sg 18, 14) avait déjà noté cela à propos de la manière dont Dieu intervint pour délivrer le peuple élu de sa captivité d’Égypte : cette action inoubliable eut lieu pendant la nuit : « Alors qu’un silence paisible enveloppait toutes choses et que la nuit parvenait au milieu de sa course rapide, du haut des cieux, ta Parole toute-puissante s’élança du trône royal ». Plus tard, ce verset sera compris par la Tradition liturgique chrétienne comme une préfiguration de l’Incarnation silencieuse du Verbe éternel dans la crèche de Bethléem. Quant à la Bienheureuse Élisabeth de la Trinité, elle insistera sur le silence comme condition de la contemplation du Dieu Trinité.
Ainsi, il faut faire silence : il s’agit bien d’une activité, et non d’une oisiveté. Si notre « téléphone portable intérieur » sonne toujours occupé, parce que nous sommes « en conversation » avec d’autres créatures, comment le Créateur peut-t-il avoir accès à nous, comment peut-il « nous appeler » ? Nous devons donc purifier notre intelligence de ses curiosités, la volonté de ses projets, pour nous ouvrir totalement aux grâces de lumière et de force que Dieu veut nous donner à profusion : « Père, non pas ma volonté, mais la tienne ». « L’indifférence » ignacienne est donc elle aussi une forme de silence.
Cardinal Robert Sarah

dimanche 9 juillet 2017

Changer de dizaine...

En traçant ces derniers mots, ce 16 novembre 1841, ma fenêtre, qui donne à l'ouest sur les jardins des Missions étrangères, est ouverte: il est six heures du matin; j'aperçois la lune pâle et élargie; elle s'abaisse sur la flèche des Invalides à peine révélée par le premier rayon doré de l'Orient : on dirait que l'ancien monde finit et que le nouveau commence. Je vois les reflets d'une aurore dont je ne verrai pas se lever le soleil. Il ne me reste qu'à m'asseoir au bord de ma fosse, après quoi je descendrai hardiment, le Crucifix à la main, dans l'Eternité.
in Mémoires d'Outre Tombe
Chateaubriand

mardi 4 juillet 2017

Cimes...


Lorsque la lumière manque
Et que le vent faiblit...

dimanche 2 juillet 2017

Nomination...

... de Monseigneur Ladaria Ferrer comme Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi.


J'ai eu la chance de l'avoir comme professeur à l'Université Pontificale Grégorienne. Un grand homme très humain, à la gentillesse surnaturelle. 
Il nous avait aussi prêché un week end de récollection sur l'eucharistie dont je garde le plus vif souvenir. 

mercredi 31 mai 2017

Histoire presque sans paroles...

... Au service de la Parole


jeudi 25 mai 2017

Very much !

C'est là où je me dis que l'anglais, dans le nord de la Haute Vienne, peut encore s'améliorer !


mardi 23 mai 2017

R. I. P.


Adieu à James Bond et à Lord Brett Sinclair...


Chambre avec vue...



Reflets...


My churches are beautiful !



mercredi 17 mai 2017

Anniversaire

Il y a 92 ans, le 17 mai 1925, Pie XI, entouré de 23 cardinaux et de 250 évêques, procèdait à la canonisation de Thérèse.
Parmi les 50 000 fidèles venus à Rome, seulement 5 000 purent entrer dans la Basilique Saint-Pierre de Rome et entendre le pape prononcer la formule solennelle déclarant qu’on pouvait désormais appeler l’humble carmélite de Lisieux : « Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus ».

Ne jamais se minorer...


Quelques dessins sur le Pape François...





mardi 16 mai 2017

Perlimpinpin ?

« Je suis le chemin, la vérité, la vie »
Combien de fois avons nous écouté cette parole du Christ ? 
« Je suis le chemin, la vérité, la vie ».
Seulement qu’est-ce que cela veut dire ?

Le Christ nous indiquerait-il une route à suivre, un chemin particulier ? Voudrait-il nous dire quoi croire, à quelle vérité adhérer ? Nous suggèrerait-il un art de vivre ? 
Suffirait-il de suivre une direction comme si le Christ n’était qu’un panneau indicateur ? Suffirait-il d’apprendre par cœur le « je crois en Dieu » sans investir son intelligence pour avoir part à la Vérité dont parle Jésus ? Serait-il suffisant de vivre une morale personnelle qui ne déraperait pas trop ?
Non bien sûr ! La réponse était contenue dans les questions ! Tout ceci à côté de ce que propose le Christ ça n’est que « de la poudre de perlimpinpin » si vous me permettez la citation !
Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit néanmoins : Bien sûr qu’il est important de donner une direction à notre vie, bien sûr qu’il est important de connaître le contenu de la foi et de se donner une éthique de vie. Mais cela n’est pas suffisant !
Vous l’avez remarqué, le Christ ne dit pas, je vous montre le chemin mais « je suis le Chemin » ; il ne dit pas « je vous dis ce qui est vrai », il dit « je suis la Vérité » ; il ne dit pas je vous dis comment vivre mais « je suis la Vie ». Et c’est très différent.
C’est par une rencontre personnelle et communautaire du Christ Jésus que nous entrerons dans ce chemin, cette Vérité et cette Vie qui sont son l’identité.

Les disciples paraissent disposés à suivre Jésus, puisqu’ils demandent à connaître le chemin. Mais en fait, le chemin, ils le connaissent déjà. Depuis qu’ils se sont mis à suivre le Christ, ce qu’ils suivent en réalité, c’est le chemin en personne. Je suis le chemin : en suivant Jésus, ils vont vers le Père. Plus on entre dans l’intimité de Jésus, plus on se rapproche du Père.

jeudi 11 mai 2017

Le gardien de nos âmes...

«Il les appelle chacune par son nom, et elles connaissent sa voix.»
À ce propos, le cardinal John-Henry Newman alors qu'il était encore curé anglican de l'église Saint-Mary, à Oxford, prêcha à ses paroissiens sur cet évangile du bon Pasteur, le 30 avril 1843. Voilà ce qu'il disait au sujet de ce verset : « Ayons le désir d'entendre sa voix ; prions afin qu'il nous soit donné d'avoir des oreilles attentives et un cœur bien disposé. Il n'appelle pas tous les hommes de la même façon ; Il nous appelle chacun à sa manière... Il n'est pas toujours aisé de reconnaître sa voix... Mais quelque difficile qu'il soit de savoir quand le Christ appelle, et où il nous appelle, du moins tenons-nous prêts à guetter sa voix. »

Comment le Christ nous manifeste qu'il est notre bon pasteur, « le berger qui veille sur nous », disait l’Apôtre Pierre dans la deuxième lecture ? Il nous le déclare lui-même dans cet évangile : « Moi je suis venu pour que les hommes aient la vie, pour qu'ils l'aient en abondance. » C'est en donnant sa vie pour nous que le Christ nous montre son amour. Son amour l'a poussé au milieu des hommes, il a partagé notre faiblesse, il a accepté la mort pour que nous ayons la vie en abondance : dès ici-bas, dans une relation de foi et d'amour avec lui, et plus tard, là-haut, où nous le verrons face à face. Ainsi, cet évangile du Bon Pasteur nous ramène au cœur du Mystère pascal. Et il marque par là la différence radicale entre le Christ, qui donne sa vie pour ses brebis, et tous les prétendus bergers qui pullulent dans notre monde : leaders, gourous, chefs de secte, qui dérobent la liberté, exploitent les personnes et étouffent la vraie vie.

mercredi 10 mai 2017

Tendre l'oreille...

L’écoute n’est pas seulement une attention aux divers signes de Dieu. Elle est aussi et d’abord une attitude intérieure, par laquelle l’homme se rend disponible pour obéir à Dieu, pour accomplir ce qu’il lui montrera à travers sa parole. « Parle, car ton serviteur écoute ! » (1 Sm 3, 10). Là se comprend l’importance fondamentale de l’intention comme source de la moralité de nos actions. Désirer du fond du cœur faire ce que Dieu veut, telle est l’intention première qui doit être à la racine de toutes nos actions : « Voici, je viens (…) pour faire, ô Dieu, ta volonté » (He 10, 7). Cela nous est constamment rappelé dans l’Écriture par le primat donné à « la crainte de Dieu ». C’est ainsi que Écriture affirme que « la crainte du Seigneur est source de vie » (Pr 14,27) et que « la racine de la sagesse, c’est de craindre le Seigneur » (Si 1,20) : Dieu fait voir sa volonté à ceux qui la cherchent d’un cœur sincère dans la crainte d’offenser son amour. 

D’une certaine manière, nous n’avons pas d’autre intention à avoir que celle d’accomplir la volonté du Père : pour le reste Dieu nous donne de voir ce qu’il attend de nous. Autrement dit, nous n’avons pas à viser tel ou tel bien de nous-mêmes, mais à rester en tout dans la crainte de Dieu, le désir d’accomplir son désir : « Je ne puis rien faire de moi-même, je juge selon ce que j’entends : et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé » (Jn 5,30). Si nous ne cherchons que le pur accomplissement de sa volonté, Dieu nous donnera la lumière et la force pour vouloir ce qu’il veut (au niveau du but poursuivi dans l’action) et opérer comme il veut, dans l’obéissance à sa loi et aux choses. Ne passons pas notre vie à poursuivre des projets mais à écouter Dieu pour nous laisser conduire par lui selon ses desseins en faisant la vérité qu’il nous donne de voir moyennant notre écoute : « car la voie des humains n’est pas en leur pouvoir, et il n’est pas donné à l’homme qui marche de diriger ses pas » (Jr 10, 23). 


dimanche 30 avril 2017

The sounds of silence...

Hello darkness, my old friend
I've come to talk with you again
Because a vision softly creeping
Left its seeds while I was sleeping
And the vision that was planted in my brain
Still remains
Within the sound of silence.


In restless dreams I walked alone
Narrow streets of cobblestone
'Neath the halo of a street lamp
I turned my collar to the cold and damp
When my eyes were stabbed by the flash of a neon light
That split the night
And touched the sound of silence.


And in the naked light I saw
Ten thousand people, maybe more.
People talking without speaking
People hearing without listening
People writing songs that voices never share
And no one dared
Disturb the sound of silence.


"Fools," said I, "You do not know.
Silence like a cancer grows.
Hear my words that I might teach you.
Take my arms that I might reach you."
But my words like silent raindrops fell
And echoed in the wells of silence


And the people bowed and prayed
To the neon god they made.
And the sign flashed out its warning
In the words that it was forming.
And the sign said, "The words of the prophets are written on
the subway walls
And tenement halls
And whispered in the sounds of silence."

Simon And Garfunkel

lundi 24 avril 2017

Bella ciao...

Bella ciao 

Una mattina mi son svegliata
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Una mattina mi son svegliata
Eo ho trovato l'invasor 


O partigiano porta mi via
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
O partigiano porta mi via
Che mi sento di morir 


E se io muoio da partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E se io muoio da partigiano
Tu mi devi seppellir 


Mi seppellirai lassu in montagna
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Mi seppellirai lassu in montagna
Sotto l'ombra di un bel fior 


Cosi le genti che passeranno
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Cosi le genti che passeranno
Mi diranno che bel fior 


E questo é il fiore del partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E questo é il fiore del partigiano
Morto per la libertà

vendredi 14 avril 2017

« Tout est accompli. »


Chapelle du séminaire de Limoges

samedi 1 avril 2017

Déjà que je ne suis pas super chaud pour le geste...


Viens dehors... Il fait beau !

« A tout ce qui est déjà mort en nous, par suite des endurcissements de notre cœur, Jésus crie :
Lazare, viens dehors.
A tout ce qui est entrain de mourir : foi qui défaille, espérance minée, amour de Dieu et des autres que détruit l’égoïsme, Jésus crie aussi : Lazare, viens dehors.
Mais, sauf miracle, il faut que quelqu’un ait d’abord roulé la pierre… La tâche d’un témoin de l’évangile ne consiste souvent, pendant toute sa vie, qu’à tenter de réussir ce geste, pour que ses frères entendent la voix. »
Père Ambroise Marie Carré

dimanche 26 mars 2017

mercredi 22 mars 2017

Arrivé à destination !


... Et maintenant, je ne bouge plus !

lundi 20 mars 2017

Trois chemins...

Voici trois chemins  de carême pour mieux vivre et respirer : 

- Voici donc d’abord le sentier du recueillement.
Par la porte du silence, entrez dans le jardin de votre cœur, et là, demeurez en présence de Dieu, écoutez la parole de l’Amour et laissez-vous aimer, laissez-vous transfigurer, et devenez Amour et JOIE ! Comme le dit si justement Maître Eckart : « La JOIE de Dieu est en vous…Tout le monde peut trouver cette joie en soi-même et la vivre. »

- Et puis il y a le sentier de la beauté : la beauté naturelle de la Création et cette beauté de re-création que nous offrent les artistes… C’est le ministère des artistes de nous faire découvrir « la flamme des choses », de nous faire voir la Lumière intérieure de la réalité, la Nuée de grâce qui enveloppe le monde, et de nous faire entendre cette Voix silencieuse qui chante Dieu et nous dit son Amour…

- Et bien sûr, il y a le sacrement du frère, le prochain qui porte Dieu caché en lui, Présence de Dieu à côté de moi, « mon frère… ma JOIE ! » « mon frère est là… MON DIEU EST LA ! »
Si je n’ai pas compris cela, je ne sais encore rien de Dieu, je ne sais encore rien de moi… Vite, il faut écouter Jésus,…
« Jésus, le Fils infiniment Frère », Jésus qui va m’apprendre à dire : NOTRE PÈRE… 

 Belle route jusqu'à Pâques !


dimanche 19 mars 2017

Blup, blup...

"L'ennui, qui dévore les autres hommes au milieu même des délices, est inconnu à ceux qui savent s'occuper par quelque lecture. Heureux ceux qui aiment à lire."
Fénelon